psychogénéalogie

approches-outils

constellations

petites histoires

arbre de vie

généalogie

le lexique


actes & documents

actualité généalogie

nos ancêtres au grand jour...

 

De nouvelles dispositions dans la communication de l'état-civil. Jusqu'à présent, les actes de naissance et de mariage, comme les tables décennales, étaient communicables au terme d'un délai de 100 ans, excepté pour les descendants directs.

La loi No 2008-696 du 15 juillet 2008 relative aux archives a modifié ces délais, notamment dans son article 17 relatif aux registres de l'état-civil. En 2009 de nouveaux délais de communicabilité seront en vigueur. Ce qui va changer ? Quel sera l'impact pour la généalogie (voire pour la psychogénéalogie) ?

Le délai de communicabilité des actes de naissance et de mariage est abaissé par rapport à la situation antérieure, puisqu'il passe de 100 ans à 75 ans, dès la publication du décret d'application de la loi du 15 juillet 2008.

Le même délai de 75 ans est appliqué aux minutes et répertoires des notaires, aux recensements, aux archives judiciaires. Tous ces documents intéressent le généalogiste pour construire son arbre généalogique familial.


ME CONTACTER

LIENS & BIBLIO

AXENCIEL ®

Login

Mot de passe

PSYCHOGÉNÉALOGIE
SITE PARTENAIRE DU
PROJET AXENCIEL ®

Flux RSS , demandez la dernière édition !!!













  nos ancêtres
  se rapprochent
  de nous !

Pour consulter le texte intégral de cette loi du 15 juillet 2008 le présent lien vous conduit vers le site du service public legifrance.

Pour le généalogiste, c'est une bonne nouvelle, très attendue pour l'obtention d'informations simples mais précieuses sur l'histoire familiale.

Ce délai correspond d'ailleurs au passage de la génération des grands-parents à celle des arrières grands-parents. Or ce passage a toujours été difficile du fait que la mémoire familiale commence à s'y atténuer (du moins dans nos sociétés). Dans le même temps se dressait cet obstacle légal.

Pour qui s'implique dans une vision trans-générationnelle de sa recherche généalogique, voire dans une analyse transgénérationnelle personnelle, c'est également un très bon point. Pourquoi cela ?

Parce dans la pratique de la psychogénéalogie, nous constatons que les personnes tabou, bannies, écartées, etc. sont systématiquement l'expression d'un nœud important, d'un problème trans-générationnel, bloquant pour leurs descendants.

Or, ces personnes mises à l'écart le sont généralement dans tous les aspects de leur biographie. Y compris sur des données de base, comme les informations de l'état-civil. Tout le monde a tout oublié, on a perdu les documents, on a égaré les photos, on ne sait même plus quand grand-tante Marie-Joséphine est née, mais où diable peut-elle bien être décédée ?

Accéder de plein droit au viatique minimum est un bon premier pas sur la voie. Dénouer le nœud énergétique trans-générationnel est une autre affaire... celle du travail de psychogénéalogie précisément.

Néanmoins, tout ce qui contribue à désocculter, à ramener à la lumière, est bon à prendre. Sans compter que, dans l'acte d'état-civil peut apparaître "le petit détail" qui va permettre de tirer sur le fil pour dévider la pelote.

Donc, d'heureuses dispositions pour travail de psychogénéalogie !

psychogénéalogiste coach - psychogénéalogie .biz©

haut de cette page du site analyse transgénérationnelle